Tahiti, l’île mère de la Polynésie

Découvrez ICI notre guide avec une carte détaillée.

Tahiti est la plus grande et la plus peuplée des îles de la Polynésie française. Elle est composée de deux régions : Tahiti Nui la plus importante et Tahiti Iti la presqu’île.

C’est la « capitale » et le lieu d’arrivée de tous les touristes car c’est la seule île à disposer d’un aéroport international. Elle concentre 70 % de la population de la Polynésie. La majorité des gens parlent aussi bien le Français que le Tahitien.

La monnaie est le Franc Pacifique et 1 € équivaut à 120 francs. Les billets sont très colorés et les pièces sont imposantes. On a parfois l’impression de payer avec des écus que l’on aurait retrouvés sur un galion.

Papeete :

Nous avons séjourné à Tahiti à plusieurs reprises. En effet, pour aller sur certaines îles, il est nécessaire d’y repasser pour pouvoir prendre l’avion. C’était une bonne chose car parfois c’était agréable de retrouver la « vie normale ». Durant nos séjours, nous logions chez Pierre qui nous louait une chambre dans son appartement. La résidence était située dans les hauteurs de Papeete.

La chambre possédait sa propre salle de bain ainsi qu’un balcon avec une très belle vue sur Papeete et Moorea. Nous étions très bien là-bas, Pierre était un hôte charmant et nous avons eu beaucoup de plaisir à échanger et rigoler avec lui.

La ville de Papeete est la grande ville de la Polynésie Française. Vous y trouverez toutes les administrations, les magasins, l’hôpital, l’université, les bars et les restaurants. Située en bord de mer, il est agréable de se balader sur la promenade qui longe le port.

L’hôtel de ville de style colonial est charmant. Nous y sommes allés pour nous inscrire à une randonnée. On se serait cru dans les 12 travaux d’Astérix car on a vadrouillé d’étage en étage pour trouver le bon bureau.

Une des attractions principales est la visite du marché. Riche en couleurs c’est très sympa de s’y promener entre les fleuristes, les vendeurs de fruits et légumes, de bijoux et de monoï. Quelques snacks se trouvent sous les halles pour satisfaire les estomacs des visiteurs et des tahitiens qui sont particulièrement gourmands.

A l’étage se trouvent plusieurs bijouteries qui vendent essentiellement des perles. Il y en a pour tous les goûts, j’avoue qu’on y a passé pas mal de temps.

Dans certaines boutiques, on peut soi-même se confectionner son bijou. Il suffit de choisir ses perles et son support.

Quelqu’un les perce, les assemble et le tour est joué !

En conclusion, la ville n’est pas particulièrement jolie mais bien pratique tout de même.

Les plages :

A l’évocation de Tahiti, on pense tout de suite aux plages paradisiaques et aux lagons aux eaux turquoise. Cependant, l’île abrite peu de plages dont la majorité sont de sable noir. Les paysages laissant rêveur sont donc plutôt sur d’autres îles. Les plages les plus connues sont pour nous au nombre de trois.

La plage de Vaiava, avec son sable blanc, est une des plus belles avec ses eaux cristallines. Elle est très fréquentée mais peu ombragée. En montant sur les hauteurs, le panorama sur l’île de Moorea est magnifique.

La plage de la pointe Vénus est un incontournable. Avec son sable noir, elle accueille beaucoup de familles le week end ainsi que de nombreux surfeurs. Pas réellement un coup de cœur pour nous en raison de la couleur grisâtre de l’eau.

La plage de Teahupoo, sur la presqu’ile Tahiti Iti, est l’un des spots de surf les plus connus au monde. Mythique, elle accueille tous les ans la célèbre compétition de surf Billabong pro. Elle est réputée pour offrir la vague la plus dangereuse du monde. Ce jour-là, elle n’était pas spectaculaire et ne faisait que 2 m alors qu’elle peut atteindre 15 m. Elle sera d’ailleurs le lieu de l’épreuve de surf des JO 2024.

Le tour de Tahiti :

Lors de notre premier séjour à Tahiti, nous nous sommes attelés à faire le tour de l’île. Nous avions loué une voiture car les distances sont parfois un peu longues. Le temps est très changeant sur l’île. Il peut faire beau à un endroit et pleuvoir quelques kilomètres plus loin.

Au sud de Tahiti Nui, nous avons visité le jardin d’eau de Vaipahi. Tout d’abord, nous avons fait la randonnée qui était bien agréable car nous étions à l’ombre de la végétation. Malheureusement, le beau temps n’étant pas avec nous, nous n’avons pas pu profiter de la jolie vue sur la presqu’île, Tahiti Iti. Après ça nous avons visité le jardin. La balade entre les plans d’eau, les arbres et les jolies fleurs est très tranquille et reposante.

A dix kilomètres de là se trouvent les trois grottes de Maraa. Nichées dans la pierre, elles se suivent sur une centaine de mètres. La végétation abondante leur donne un côté mystique. On avait rarement vu des feuilles aussi grandes.

Sur la route de Tahiti Iti se trouve une imposante cocoteraie. Un arrêt s’impose pour observer de plus près les cocotiers. Heureusement pour nous, le site est bien entretenu. On ne risque pas de se prendre une noix de coco !

Nous avons également visité deux marae : Arahurahu et Ta’ata. Après avoir écumé tous les temples de Thaïlande, Vincent a décidé de visiter tous les marae de Polynésie. Je crois qu’il a loupé sa vocation, il aurait du être maçon ! Ce sont des sites archéologiques religieux. Ils sont de forme rectangulaire, des cérémonies et divers rites s’y déroulaient.

Le jour suivant, nous sommes partis à l’ouest de Tahiti Nui en s’arrêtant à chaque fois que Maps.me nous indiquait un point d’intérêt.

La cascade de Vaimahuta est très jolie.

Un petit sentier mène à cette cascade imposante.

C’est un des lieux préférés des tahitiens pour le week end.

Une légende se cache derrière l’histoire de celle-ci, mais j’avoue l’avoir oubliée.

Quasiment en face se trouve le Trou du Souffleur. Il s’agit d’un trou creusé dans la roche qui, lorsque la mer et le vent s’y engouffrent, fait un grand bruit en éjectant une grande quantité d’eau.

Les randonnées :

Tahiti n’est pas réputée pour ses plages comme nous vous le disions. Mais avec son sommet culminant à 2 241 m et ses innombrables vallées vierges, c’est un lieu parfait pour la randonnée.

La vallée de la Fautaua :

Nous avons choisi d’aller découvrir la vallée de la Fautaua pour laquelle nous avons du passer à l’hôtel de ville pour récupérer une autorisation.

Le sentier d’environ 12 km démarre tranquillement durant une petite heure.

On traverse ensuite un pont et c’est là que la grimpette commence.

Il faut bien que ça se corse un peu sachant que sur le papier, le dénivelé à gravir est de 400 m.

Après une bonne heure de suée, nous atteignons un panorama incroyable sur la cascade Loti. Haute de 135 m, elle est majestueuse mais la randonnée n’est pas terminée car nous devons nous rendre aux vasques de Fachoda situées à la naissance de la chute. La photo de gauche a été prise à l’aller et celle de droite au retour. On vous laisse imaginer ce qui s’est passé entre temps…🙄

En continuant l’ascension, on traverse un ancien fort occupé lors de la colonisation de l’île.

S’en suit une sacrée descente ! Heureusement que des cordes sont là pour nous aider.

Arrivés non sans mal en bas, on découvre des bassins dans lesquels on s’autorise une petite baignade.

Seuls au monde, on apprécie de nager dans cette eau bien fraîche à proximité du précipice de la cascade.

Comme vous l’aurez compris, c’est là que la pluie s’est invitée nous trempant jusqu’aux os… C’est incroyable de voir à quelle vitesse l’eau peut monter rapidement en prenant une teinte marron lors des intempéries…

Nous redescendrons tranquillement en profitant d’une éclaircie et aurons même le temps de sécher. Longue de 5 h, cette randonnée aura été un petit coup de cœur.

L’ascension du belvédère vers le mont Aorai :

Normalement, il est possible d’accéder jusqu’au sommet. Cependant, la montée étant un peu difficile et la météo capricieuse, on décide d’aller jusqu’au premier refuge.

Pour arriver au départ de la randonnée, il faut emprunter une route étroite et sinueuse sur 5 bon kilomètres. Deux voitures peuvent difficilement se croiser rendant la montée particulièrement stressante.

L’ascension débute tranquillement par un sentier bien entretenu et bien dessiné sur la crête d’une montagne. Les paysages de part et d’autre sur les vallées sont impressionnants. Plus on monte, plus le chemin devient étroit. Certains passages sont à flancs de montagne… Il vaut mieux éviter de glisser.

Plus on monte et plus le temps se dégrade. A la fin, on ne voit plus que le brouillard. Cette randonnée doit être magnifique par beau temps. Nous n’aurons pas la chance de voir tous les sommets dégagés.

La route de la traversée en 4×4 :

Nos aventures se poursuivent par une journée en 4×4.

Nous allons traverser Tahiti Nui en empruntant la vallée de la Papenoo.

C’est un incontournable pour ceux qui visitent Tahiti.

On s’arrête plusieurs fois pour observer la nature. Le guide nous donne des explications sur la faune et la flore. On observe sur notre route une multitude de jolies cascades ainsi que des panoramas à couper le souffle.

Au point culminant, le dénivelé de la route est impressionnant. Il vaut mieux maîtriser son engin ! Toutes ces vallées verdoyantes donnent le tournis !

On reviendra ravi de cette journée qui permet d’avoir un bon aperçu de l’île avec un petit mal de fesses tout de même. Seule petite ombre au tableau, on aurait aimé que la météo soit plus clémente mais n’oublions pas que la saison des pluies approche.

Journée bateau :

Ce voyage à Tahiti était aussi l’occasion de revoir ma copine d’enfance Nathalie. Elle habite et travaille ici avec son conjoint , Jean-Alain. On ne s’était pas vu depuis dix ans je pense… On avait déjà passé une soirée ensemble à Moorea.

Nathalie a reçu la visite de ses parents, que je connais également. On a loué tous ensemble un bateau pour la journée et on est parti à la découverte de Tahiti, coté mer. Une autre manière de visiter…

Jean- Alain conduit le bateau et nous emmène dans les spots connus du coin. On a fait du snorkeling près de deux épaves (avion et bateau) ainsi qu’à la Vallée Blanche, endroit riche en requins et à la « source », où on peut apercevoir plein de tortues. Nathalie et Jean-Alain nous ont fait des démonstrations de wake board. ça nous a impressionné ! Et évidemment, on a pique niqué sur le bateau en changeant trois fois d’endroit car la pluie essayait de s’incruster.

Nous avons passé une excellente journée sur le bateau, sous le soleil et dans la bonne humeur !

Survol de Tahiti et Moorea en avion privé :

Nathalie et Jean-Alain, qui a son brevet de pilote d’avion privé, nous ont proposé de voler au dessus de Tahiti et Moorea. On a bien évidemment accepté avec grand plaisir. On se retrouve de bonne heure car il doit préparer le petit coucou. Vincent est très à l’aise, moi un peu moins… mais je sais que ça va être génial.

On monte tous les 4 dans l’avion, on écoute le briefing du pilote, on attache nos ceintures et on met le casque. Décollage !! Très rapidement, on se retrouve assez haut pour pouvoir observer Papeete.

On s’enfonce un peu dans le relief mais pas très longtemps car les nuages sont de la partie. Ensuite, direction Moorea. Le lagon est magnifique vu du ciel, on a le temps de l’observer contrairement à ce que l’on peut voir lors des vols commerciaux.

Nous sommes des privilégiés, on les remercie encore pour cette expérience magique et hors du commun.

Au total, nous avons passé près de trois semaines sur Tahiti. Loin d’être la plus belle des îles, elle mérite tout de même d’y passer du temps. C’est une étape incontournable de la Polynésie Française.

Nana (au revoir) et Mauruuru (merci) d’avoir lu cet article.

One Reply to “Tahiti, l’île mère de la Polynésie”

  1. C’est un super reportage qui fait voyager et donne envie ! Reporter: vous pourrez en faire votre métier 🙂
    Une chance de vivre voir et profiter de tout cela, loin de la métropole !
    La bise !
    T&P

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :