Yangoon en deux mots

Yangon, anciennement Rangoun et n’ayant aucun lien avec la chanteuse, est la plus grande ville du Myanmar avec ses 5 millions d’habitants. Elle n’est pourtant pas la capitale du pays car le gouvernement a préféré la délocaliser dans une ville fantôme en plein milieu du pays (Naypyidaw). Beaucoup plus facile pour gérer les hypothétiques manifestants !

Nous avons passé 2 jours sur place ce qui est amplement suffisant pour visiter les principales attractions.

La pagode Shwedagon, la Tour Eiffel locale, est un petit joyaux tout d’or vêtu. C’est le premier centre religieux de Birmanie et il contient selon la légende les reliques de 4 anciens Bouddhas. Ici, les touristes sont bien accueillis. C’est l’attraction la plus chère du pays mais pour ce prix, nous avons le droit au kit du pigeon voyageur : une serviette rafraîchissante, une bouteille d’eau et un masque anti Coronavirus. Accessoire très à la mode en ce moment. Ce lieu est sublime surtout à la tombée de la nuit.

Le bouddha couché de Chauk-htat-gyi sous son magnifique hangar en tôle ondulée est l’un des plus grands du pays. Les 108 états du Myanmar sont tatoués sous ses plantes de pieds. Il a dû déguster le pauvre !

La meilleure attraction, même pour Alexane qui n’est pas cheminote, fut le circular train. C’est le seul « métro » du coin qui permet de faire le tour de la ville à une vitesse faramineuse de 15 km/h de moyenne. Les cheveux presque au vent, nous avons assisté à de belles scènes de la vie locale. Ici pas de wagon bar mais des marchands ambulants traversant les voitures pour vendre leurs succulents mets ou de la chique. C’est un spectacle vivant qui fait oublier le temps.

La pagode Sule en plein rond point permet à Bouddha de faire un peu la circulation car c’est un peu le bordel ici. Seules les voitures sont autorisées à circuler en ville. Il n’y a donc pas de scooter ce qui ne facilite pas la livraison de noodles à domicile.

Le centre ville a un « petit » air de la Havane avec ses nombreuses maisons et bâtiments coloniaux. C’était un haut lieu du commerce avant le coup d’état en 1962.

On s’est baladé et on a dîné dans les petits restaurants de rue de « Chinatown ». Attirés par de belles brochettes, nous avons sauté le pas et avons craqué pour ce qui devait être un excellent repas. Il en fut tout autre puisque c’était horriblement infâme. Il n’y avait que du gras… beurk😣 . Nous avons même été patraques le lendemain. Dans cette rue, nous avons rencontré un français super sympa, Jérôme, avec qui nous avons bien discuté et bu quelques bières.

Le Myanmar, même si on n’en a pas marre, se termine ici. Demain direction le Laos pour 3 semaines de nouvelles aventures.

5 Replies to “Yangoon en deux mots”

  1. Celine Tascher dit :

    Lire vos aventures au bureau pendant la pause déjeuner, c’est pas une bonne idée ! J’ai encore collé des nouilles à l’écran à force de rigoler en mangeant ! 😉

    J’aime

    1. Mdr!!! Si ça te fait rire c’est le principal. On essaie de faire de l’humour pour que ce soit moins chiant à lire 🙂

      J’aime

  2. C’est toujours très agréable de vous lire! Je m’apprete donc à lire le Laos 🙂

    J’aime

  3. Sympa l’article! Et souvenir de cette soirée et ces bières gratuites qui ont bien failli me faire louper mon avion 😅!
    Profitez bien du Laos et suite de votre trip 😁

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :