Moorea, la petite soeur de Tahiti

Découvrez ICI notre guide avec une carte détaillée.

Après avoir dit « au revoir » à la Thailande, nous avons passé deux semaines en France dans nos familles. Une semaine en région parisienne et une semaine en Bretagne. Quel plaisir de revoir nos parents ! En plus, ils nous ont bien gâté. On a pu manger tout ce qui nous a manqué pendant 8 mois : de la viande rouge pour Vincent, des crêpes pour moi, du fromage, du far, etc. Nous sommes également passés voir les CP de Languidic pour leur raconter nos 8 mois de voyage. C’était un moment d’échange très sympathique.

Revigorés par ces deux semaines de repos, il est temps de refaire les valises et de repartir. Cette fois ci, direction la Polynésie ! Aller là bas se mérite… il faut faire 24 h d’avion. Finalement le temps passe, entre les films, les repas et les siestes.

Arrivée de bon matin (5 h) à Papeete, la capitale de Tahiti ! Nous sommes accueillis par notre hôte, Eva, avec des colliers de fleurs. ça y est, nous sommes dans l’ambiance.

Arrivés chez elle, nous prenons un café avec les locataires précédents qui nous demandent si comme eux nous sommes en lune de miel. Il est vrai que cette destination de rêve est propice aux jeunes mariés.

Eva nous fait visiter sa maison dans laquelle elle nous loue une petite chambre pour une nuit.

Nous avons visité Papeete l’après midi et sommes rentrés à pied. Un petit tartare de poisson au son du ukulélé et nous sommes allés nous coucher. Il faut dire qu’avec 12 h de décalage horaire, nous sommes bien fatigués.

Le lendemain direction l’aéroport pour s’envoler vers Moorea, première île de notre parcours. Nous sommes impressionnés durant les 15 min de vol par la vue splendide sur le lagon.

Moorea, qui veut dire « lézard jaune », fut peuplée il y a plus de 1 000 ans par des navigateurs venus sur de grandes pirogues du Sud Est de l’Asie. Les premiers européens (dont le français Antoine de Bougainville) sont arrivés au XVIIIème siècle.

Le protectorat français fut établi en 1842. Dans les années 60, grâce ou à cause des essais nucléaires, un élan économique s’établit en Polynésie. Depuis 1984, la Polynésie Française a un statut d’autonomie interne avec son assemblée et son gouvernement local. Voilà pour un bref rappel historique !

Pour une semaine, nous logeons dans un air bnb d’inspiration balinaise. La piscine est agréable et les propriétaires ainsi que leur deux chiens sont accueillants. Seule ombre au tableau, le chant incessant des coqs durant la nuit. Il va falloir qu’on s’y habitue car il y en a partout ici.

Lors de notre première soirée ici, nous avons eu la chance de croiser Nathalie, une amie d’enfance d’Alexane avec son conjoint.

Les filles ne s’étaient pas croisées depuis plus d’une dizaine d’années et elles ont bien papoté. C’était aussi l’occasion de parler de la Polynésie et de recueillir des informations pratiques. Nous nous recroiserons à Papeete à la fin du mois.

Pour nous déplacer, nous avons loué pendant 5 jours une voiture et un scooter les deux derniers jours. J’avoue que j’étais un peu en manque… Il n’y a qu’une seule route qui permet de faire en 60 km le tour de l’île. Les opportunités de voir de beaux paysages sont nombreuses.

A Moorea, les activités ne manquent pas et il y en a pour tous les goûts. La farniente ou la bronzette sur les plages, les rencontres marines dans le Pacifique et le sport dans la montagne. A vous de choisir ! De notre côté, nous avons touché à tout !

Les plages

Étrangement, il y a peu de plages publiques. Beaucoup d’entres elles sont privatisées par les resorts. Mais ne vous inquiétez pas, on s’est quand même baigné dans des décors de rêve.

La plage de Temae offre un cadre idyllique ainsi qu’une très belle vue sur Tahiti. Les cocotiers et les montagnes y sont pour beaucoup.

La plage de Ta’ahiamanu a tout d’une carte postale, l’eau est d’un bleu incroyable et le panorama sur la baie de Opunohu est grandiose. Il faut veiller à ne pas mettre sa serviette n’importe où sinon une noix de coco pourrait nous blesser.

La plage de Tiahura nous enchantera aussi même si elle est plus petite et moins spectaculaire.

Pour les plus fortunés, les plages privées des resorts luxueux offrent des paysages à couper le souffle.

Les pensionnaires du Sofitel ne doivent pas être malheureux dans leurs bungalows sur pilotis. Vous devrez dépensez 1 000 euros si vous voulez passez une nuit là bas.

Le cadre du Hilton n’est pas en reste. Les photos parlent d’elles même.

Certains bungalows ont un sol en verre afin de pouvoir observer les poissons sans même se mouiller…

Les résident du Manava ne sont pas à plaindre non plus…

Les activités nautiques

Un des classiques ici est d’aller à la rencontre des baleines. De bon matin, un bateau rempli d’américains est venu nous chercher pour nous conduire au large pour aller nager avec les fameux mammifères.

Nous n’avons pas eu à attendre car au bout de 5 minutes, nous voyons déjà les queues des baleines montrées le bout de leur nez.

Il est l’heure de sauter à l’eau pour les rejoindre à la palme. Il faut être bon nageur pour parcourir les 100 m qui nous séparent d’elles et surtout pour réussir à suivre la cadence du guide. Au bout de quelques instants, un couple de baleine et son baleineau se rapproche de nous et commence à danser et à jouer près de nous.

Assister à cela est un moment magique. Elles sont seulement à quelques mètres de nous… La preuve, la voisine d’Alexane s’est pris un coup de queue. Nous passerons au total deux bonnes heures avec elles.

Au retour, on s’arrête dans le lagon sur un spot bien connu. En effet, ici les requins à pointes noires et les raies pastenagues sont les stars. À peine dans l’eau, il suffit de mettre son masque et son tuba pour les observer. Les raies peu farouches viennent à notre rencontre et se laissent caresser. Les requins, quant à eux, sont plus timides et tournent autour de nous.

Cette visite est un incontournable de Moorea. Nous sommes enchantés par ces rencontres marines et espérons qu’il y en aura plein d’autres.

Nous nous sommes également fait plaisir en faisant deux plongées bouteille. Ce fut l’occasion de faire connaissance avec des requins citrons. Nous avons également croisé une bonne vingtaine de tortues et quelques requins pointes noires.

Le côté mer nous a séduit, voyons ce que cela donne côté terre. De nombreuses randonnées de difficultés variables sont possibles sur les hauteurs de Moorea.

Les randonnées

La Montagne Magique est un bon échauffement. Cette petite balade d’une heure permet d’accéder au sommet d’une colline pour nous offrir un panorama magnifique sur le lagon. Au retour, une dégustation de fruits et de confitures locaux permet de nous requinquer.

Un belvédère accessible en voiture nous fait découvrir le mont Rotui encadré par ses deux baies. C’est un des plus beaux point de vue de Polynésie.

C’est également le point de départ de plusieurs randonnées. Nous avons choisi celle des 3 cocotiers qui permet de prendre un peu de hauteur. Les 3h30 aller retour sont un peu sport mais sont récompensées par les jolies vues au sommet.

Nous nous sommes également promenés durant deux heures dans le jardin du lycée agricole. C’est l’occasion de découvrir les fruits et légumes locaux dans un cadre montagneux.

Non loin de là, un chemin permet de rejoindre les plantations d’ananas. C’est la culture majeure de l’île.

Nous irons d’ailleurs visité l‘usine Rotui qui produit du jus de fruit. Ce sera l’occasion pour nous de déguster quelques boissons locales.

Notre séjour s’achève ici. Nous n’aurons pas eu le temps de nous ennuyer.

Il est temps de reprendre l’avion direction Huahine !

4 Replies to “Moorea, la petite soeur de Tahiti”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :